Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 20:13
          Dans toutes villes, il y a les aménagements paysagers entretenus par les services techniques. Cet aménagement peut etre aussi culturel. Voici quelques oeuvres historiques exposés à travers la ville de Takayama :

Premièrement, ces sculptures à apparence comique qui forment un duo, chacune d'un côté du pont Kaji-Bashi, face à face au dessus de la rivière Miyagawa.



          Ce sont des statues de bronze. Leur nom est Tenaga et Ashi naga, respectivement "longs bras" et "longues jambes". L'artiste est Yoroku Taniguchi, à la fin  de l'ère Edo. Les originaux sont sur le "Ebisu float" lors du matsuri de printemps.
Je ne sais pas quels personnages elles représentent, je sais juste qu'ils ont des têtes à donner envie d'être leur pote !

Après il y a cette sculpture de samourais. Vous pourrez la trouver sur  place du marché Jinya Mae .

Et puis l'embellissement de la ville passe aussi et beaucoup par la contribution de chaque habitant. A Sanmachi, les maisons sont bordés de sculptures, banzais... En voici un échantillon.

Partager cet article
Repost0
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 22:38
          En préparant le prochain article, j'ai ressorti un petit prospectus, et je fais régulièrement l'erreur de négliger les petits prospectus. On y apprend pourtant pleins de petites choses. Sur le moment, je n'y ai donc pas prêté attention, mais maintenant, je retrouve les détails sur mes photos, par le plus grand des hasards.


          Alors j'ai déjà mis cette photo sur le précédent article. Mais cette fois, j'attire l'attention sur la boule suspendu à l'entrée. Ca s'appelle des Sugidama. C'est fabriqué avec des aiguilles de cèdres japonais et c'est un symbole des distilleries de sake. Dans la vitrine, on  voit d'ailleurs les petites carafes à sake.
Dans le temps, le nouveau sake était prêt au début du printemps. On fabriquait alors la boule avec des aiguilles fraîches et vertes. Et pendant que le sake arrivait lentement à maturation, les aiguilles brunissaient. Et quand toute la boule avait la même couleur brune, le sake était prêt à boire !

           La prochaine photo... je ne sais plus vraiment ce que j'ai voulu prendre. Après le voyage, je me rends souvent compte que je fais parfois des cadrages bizarres... là je pense que j'ai voulu prendre la jolie gouttière (...). La deuxième photo est d'Aude. Elle est pas très bien cadrée non plus... et paf elle a qu'à lire le blog eheh.



          Sur la devanture de beaucoup de maisons, au niveau de l'étage, on découvre ces petites armoires. Il y en a une soixantaine au total. Ce sont en fait des minis sanctuaires dédiés à Akiba-sama, le Dieu qui protège des feux. Ils ont été mis en place à l'ère Edo. Ce n'est pas difficile d'imaginer un incendie prendre en un rien de temps dans ces résidences de bois.
Partager cet article
Repost0
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 13:24

          Parcourir Sanmachi la nuit, c'est très bien pour l'atmosphère paisible et d'un autre temps. Mais Sanmachi le jour, même si les touristes réenvahissent les rues, c'est quand même mieux pour y voir quelque chose !  Et il faisait en plus un très beau soleil, les photos cramées sont à la pelle.

Je vous laisse parcourir de vous-même les rues par les photos et vous laisse vous créer votre propre sentiment d'immersion.


Est-ce que comme les hommes-statues, il change de position quand on lui donne une pièce ???







A noter qu'on retrouve l'incontournable distributeur de boissons, comme si les japonais ne pouvaient pas s'en passer même dans un quartier historique. Mais heureusement, il est joliement camoufflé dans le décor.


Cette maison est l'une des plus photographiée de Sanmachi grâce notamment à la plante grimpante sur sa façade... Maman, je ne me rappelle plus du nom !


Partager cet article
Repost0
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 21:58
          A Takayama, nous avions l'occasion de manger 3 dîners et un déjeuner. Bon, déjà on a sacrifié un dîner à manger une pizza, mais c'était d'une nécessité primordiale puisque le déjeuner qui précedait, à Ogimachi, avait été l'une de mes pires expériences culinaires. Il fallait, je devais, repartir sur de bonnes bases. Mais ça j'y reviendrai.

Voici les spécialités de Takayama, d'après le Lonely Planet :

         - les sobas : je garde le meilleur... ou le pire pour un autre article.

         - Hoba-miso : plat de légumes ou de viandes servi avec de la sauce miso sur une feuille de Magnolia. Ca, nous n'avons pas eu l'occasion de le voir servir.

         - Sansai : légumes de montagne. Idem, inconnu au bataillon.

         - Mitarashi-dango : boulettes de riz grillées en brochette à la sauce soja.


          Alors nous ne les avons pas goûté à cette échoppe, puisque la vieille dame est une raciste qui malgré notre grand sourire et notre argent à la vue, puis devant notre incompréhension, n'a pas voulu nous servir et nous a jeté à coup de sale gueule et de trucs qui voulait dire non, entre deux services à des gens bien japonais. Oh la vieille peau. En tout cas, dans la rue, tout le monde se ballade une brochette à la main. Disons que ça a un goût japonais, et que y a pas de quoi fouetté un chat. Tout ça pour ça...
          - Shio sembei : biscuit de riz salé. là encore, pas vu, pas mangé.
          - Boeuf de Hida : très facile à trouver en restos, d'autant plus que pour une petite note frenchie et cool, les menus sont présentés en français. Servi dans un resto qui propose une bouteille de Sancerre pour plusieurs milliers de yens. Pourquoi payer cher une telle viande au Japon, quand on peut aller si facilement ici chez le boucher du coin pour une bonne grillade. Donc, nous n'avons pas testé non plus.



Bilan : nous n'avons pas beaucoup testé les spécialités de Takayama. Par contre sur les marchés, nous avons testé les spécialités des échoppes japonaises ambulantes. Point de chichis ou de gauffres, mais ça :


          Nous en avions vu aussi à Ueno, des roses et des bleues. Mais nous sommes restées dans le classique en achetant ces bananes au chocolat. Enfin l'occasion de manger un fruit au Japon. C'est vraiment une très bonne idée, ça devrait se faire aussi sur les foires de France.

Et voici les incontournables Takoyaki, boulettes de poulpes.


          Et enfin, pour les deux  dîners restant,nous sommes allées deux fois dans le même resto. D'ailleurs le serveur nous a reconnu et nous a dit un "o-kaeri" auquel j'ai manqué de répondre "tadaima". Quelle nulle ! C'était un resto très bon et très sympa, avec des jeunes pour clients, situé dans le quartier de rencontre. Voici l'intérieur, avec présentation de plusieurs saké. Sur la droite, il y a le chef qui prépare des yakitoris.


Nous avons choisi les deux spécialités du resto, dont je ne connais les noms de rien...





          Légumes et viandes de poulet en sauce à faire revenir à feu doux sur papier cuisson que la serveuse à commencer à faire brûler accidentellement (comme si on avait pas assez les boules de faire ça nous même !). Et en plus on l'a percé avec les baguettes ce qu'il ne fallait pas faire bien sûr. Mais franchement, c'était délicieux !











          Légumes et viandes en potage à laisser mijoter à feux doux sur la table. Là encore délicieux. Tout ça n'était pas raffiné, mais tout simplement... délicieux. Une cuisine que nous, occidentales, pourrions manger tous les jours, ce qui n'est pas toujours le cas de la cuisine japonaise raffinée avec un goût... particulier parfois.
Partager cet article
Repost0
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 20:53

La nuit tombait quand nous sommes arrivées à Takayama. Il était temps de rejoindre notre hôtel pour poser nos bagages et de s'offrir une ballade nocturne............ stop ! rien d'exceptionnel, il n'était que 19h00. Le jour se couche vraiment trop tôt au Japon. Nous avons juste fait une première petite découverte de Takayama histoire de se mettre en appétit.

Takayama se divise en plusieurs quartiers :
          - Sanmachi, quartiers de résidences traditionnelles à l'est de l'artère principale, la rue Kokubunji.
          - Shinonimachi, autre quartier avec bâtiments historiques classés, cette fois-ci à l'ouest de la grande rue. C'est dans cette partie qu'a lieu le matsuri.
          - Teramachi et les environs du temple Higashiyama au Nord de la ville, propice à une bonne ballade entre plus d'une dizaine de temples et sanctuaires.
          - et enfin le quartier récent, avec ce qui est indiqué sur la carte par "place de rencontre avec les habitants". Mais même si on se fait l'idée de zones urbaines ultra-dynamiques au Japon, il n'en reste pas moins que les petites villes, comme ici, sont désertes le soir, et que c'est plutôt difficile de juste croiser quelqu'un, alors de là à faire une rencontre...

Mais des rues vident dans la nuit, il n'y a rien de plus propice à une atmosphère tranquilisante. La lumière des lampadaires nous indique le chemin à suivre. Nous sommes des siècles en arrière. Enfin, avec une assez bonne imagination pour faire abstraction des voitures. Ne cherchez pas ailleurs, même pas à Kyoto. Le stéréotype du Japon traditionnel est ici, paisible, appelant au respect et au bonheur simple. C'est justement parce qu'on est dans une petite ville de Province (67 700 habitants quand même), qu'on passe du stéréotype à l'authentique.
Et malgré ce que j'ai dit, c'est dans cette douce ambiance qu'on rencontre quelqu'un, un photographe professionel avec lequel nous échangeons nos photos de nuit... par pitié, il a essayé de donner des conseils, mais nous n'avons pas le même appareil... et pas le même niveau !











Takayama est une des meilleurs haltes pour respirer dans un voyage sans temps mort, 2 jours et on ne s'ennuit pas, on n'a même pas tout vu et il reste tellement à voir.

Partager cet article
Repost0
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 21:20

          La dernière grande gare que j'ai utilisé est celle de Bordeaux. Les bâtiments extérieurs sont très beaux et l'intérieur avec les quais est d'une architecture style Eiffel. Et puis on monte dans le train. Et puis on passe devant les bâtiments désaffectés, on contemple les tags et graffitis. Plus loin dans le voyage, quand le talus veut bien nous montrer la vue, on se trouve face à un pré, un étang ou une bourgade avec son supermarché. Et puis on retrouve les graffitis, les vieux locaux. Tout le monde descend et on se retrouve de nouveau dans les flots de touristes, des attractions à chaque coin de rue.

          J'ai pris des photos de la gare de Bordeaux. Je ne sais pas ce qui a défilé pendant le voyage, mieux occupée à roupiller. Quel intérêt ? J'ai grandi près des prés, et je vis dans la bourgade au supermarché.

          Ici, je n'ai pris aucune photo de la gare d'Odawara ou de Takayama. Il n'y a pas de tags et graffitis. Mais j'ai contemplé le paysage, le Japon défilant sous mes yeux. Je vis dans la France de tous les jours, j'ai capturé le Japon de tous les jours.

          Les photos ont été prises entre Atami et Nagoya, la vidéo se place entre Nagoya et Takayama.

8 octobre 2008, 11h22 : le Pacifique n'est pas loin.


11h22 ; imitation de l'Occident.


11h29 : coincée entre les montagnes


11h33 : serres et viaduc.


11h34 : rizières en automne.


11h50 : industrie.


17h36 : Bourgade avec supermarché.

Partager cet article
Repost0
4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 21:00

          Ainsi, nous avons quitté Hakone. Nous avons pris le bus d'Hakone-Machi à Odawara, grâce à notre "Hakone week day pass". Odawara est une gare Shinkansen de la ligne Tokaido. Nous avons rejoins Nagoya à partir d'ici, grâce au Hikari du précédent article.

         Et à Nagoya, nous avons pris un train local pour Takayama. Et je dois avouer que c'était... pas la panique mais plutôt pas très clair. J'espère que vous voyez la nuance. On a dû demander quel était le bon quai à un employé. Le terminal du train était indiqué, mais pas Takayama, et le terminal, ben on le connaissait pas. Et puis plusieurs trains se sont succédés sur ce quai, à chaque fois, on se demandait si il allait à Takayama. Je ne me rappelle plus pourquoi on a galéré comme ça, car d'habitude tout est très clair dans les gares...-blanc- bref !
          A un moment, on a décidé que c'était le bon, on commence à monter. Et là, miracle, on se fait rattraper par un vieux (enfin la cinquantaine ahah) couple qui nous informe que ce n'est pas le bon train. Vraiment très gentil de leur part. Et on a attendu avec eux le train de notre destination commune.

          Mais ce couple ne s'est pas contenté de ça, nooooooonnnnnnnnnn, il nous ont montré l'invention du siècle, voir du millénaire, qui nous était totalement insoupsonnable ! Et là, je m'adresse plus particulièrement à tous ceux qui ne supporte pas d'être dans le sens contraire de la marche du train, à tous ceux à qui ça donne envie de quicher.
          OUI ! Grâce à une pédale, vous pouvez tourner à volonté votre siège dans le sens qui vous convient. Mais ça s'adapte à toute les situations.
          Par exemple, vous êtes assis en face d'un vieux gars qui se décrotte le nez, et derrière vous, y a un beau gosse dont vous sentez irrésistiblement la présence... et ben y a qu'à tourner votre siège ! 
          Si vous n'êtes dans aucune de ces situations, vous pouvez toujours faire comme nous : tourner juste pour le trip ! C'est génial. Par contre, faut pas s'étonner qu'on vous regarde bizarrement... saleté de Gaijin, ils savent vraiment pas se tenir !

Démonstration hystérique  :




          Et je vous rajoute cette vidéo, trouver grâce aux vidéos similaires et qui n'est donc pas de moi. Un autre système ingénieux !

Partager cet article
Repost0
2 août 2009 7 02 /08 /août /2009 12:45
Quand on évoque le Japon, on pense aussi à son train grande vitesse, l'un des meilleurs du monde, qui apparaît dans le programme de géographie du lycée : le Shinkansen.

Pour les japonais, c'est un moyen de transport très cher (comme notre TGV d'ailleurs). Mais pour les touristes détenteur du JR Pass, on ne connaît même pas le prix, et on prend sans limite le Hikari et le Kodama.

Et ce train, ça défonce ! Déjà, le design est futuriste. Ensuite, il est très spacieux, y a même un petit crochet porte manteau au siège côté fenêtre. Comme toute chose au Japon, opposé à la France, il est propre et sans dégradation. Et puis, il y a les hôtesses qui passent avec leur chariot de nourriture. Ca on l'a aussi vous allez me dire. Mais là, chaque hôtesse fait un salut à chaque entrée et sortie du wagon ! Au Japon, le client est roi. Peut être un peu trop parfois, puisque peut-être sont-ils parfois moins respectueux envers les hôtesses-serveurs. Enfin bref, c'est pas en y étant aller comme touriste et en lisant des blogs que je peux afirmer ça...

Voici notre Shinkansen en gare d'Odawara, direction Nagoya.




Les jambes d'Aude. On s'en fout ? non, car Aude est grande et elle peut allonger les jambes en ayant encore beaucoup de place.

Autre design en gare d'Hiroshima :

En gare de Tokuyama :

Et le petit lien vers wikipedia, où y a en photo toutes les séries de ce train. Il semblerait donc, qu'Aude ait photographié la série 100 et la 700.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Shinkansen
Partager cet article
Repost0
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 19:12
Qui dit ryokan, dit repas compris. Et si ryokan de luxe, repas de luxe.

           La première nuit nous étions dans l'annexe avec chambre moins cher et donc repas moins copieux. Mais en fait, sur le coup, on ne se rappelait plus quelle nuit était avec la moins ch7re... et quand on n'a vu ce repas arrivé, on a pensé qu'on était dans la plus cher, à la fin on n'en pouvait plus. Mais le lendemain, on s'est retrouvé dans la vraiment plus chère, avec repas encore plus copieux, et on a cru qu'on allait explosé !

          Première chose, sur l'esthétique, les repas étaient déjà très joli à voir. Présentation remarquable, vaisselle magnifique.
          Deuxième chose, sur le goût, ben.... honte à nous, on n'a pas apprécié le repas du premier soir. Des goûts très particuliers, des consistances inhabituelles... Le problème aussi, est que nous ne savions pas du tout dans quel ordre il fallait manger !

          Il y avait du shabu-shabu : l'assiette de gauche contient de la viande et des légumes qu'il faut mettre à boullir dans le bouillon juste au dessus, du poisson cru et du cuit... et après je ne sais pas trop !


          Par contre le deuxième repas était délicieux. C'était marrant d'avoir la surprise pour chaque petit plat, le plaisir (ou déplaisir) de tout goûter.





























Je plains le commis à la plonge !

          Il y avait les petit-déj' aussi. Première nuit en annexe, donc on est venu nous chercher (tôt) pour aller le prendre dans une salle commune. On était plutôt à la bourre dans le service. Pas très réveillées, on devait suivre une petite employée (mini-moi). Elle fonçait comme une fusée en faisant des tout petits pas, si bien qu'elle nous a semé ! Au final, la boss est venu nous retrouver.
          Il y a avait 2 filles japonaises à l'intérieur qui avait fini. Il devait y avoir quelque chose de drôle car quand on est arrivée, elles avaient l'air de se marrer.
          Mais quand on a vu le petit déj, nous on rigolait pas, ou plutôt si, c'était plutôt drôle de devoir manger du poisson grillé  à 7h30. On a essayé, mais... pas moyen, même si c'était bon, il y avait un rejet physique ! Malheureusement pas de photo. Le deuxième petit-déj était beaucoup plus à base d'oeufs. Donc il est passé tout seul et nous avions été servi dans la chambre.

Edit 2/08/09 : Finalement j'ai retrouvé une photo du deuxième p'tit déj'.


         Et vous voyez, ça me déprime ! parce que dans mon souvenir, j'ai dit que c'était passé tout seul, et là je m'aperçois que y avait quand même les 3 petites choses alignées qui rebutaient pas mal. Alors le truc noir visqueux, je vous en parle même pas, j'ai goûté, mais certainement pas mangé ! Les deux autres avaient des goûts amers.
Partager cet article
Repost0
7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 13:08
 





          Nous avons entrepris de faire l'ascension du Mont Komagatake, où il y a, paraît-il, une belle vue sur le lac. En espérant que le temps soit assez dégagé.
J'avoue, on a fait l'ascension en funiculaire. Il y a 2 funiclaires, un qui prend le départ à Hakone-en en bord de lac et l'autre qui descend de l'autre côté de la montagne. On pensait redescendre par ce dernier pour enchainer avec des scuptures de Bouddhas dans la roche proche de la station, mais à ce moment là, en octobre 2008, il était fermé.

          Donc on a finalement pris l'aller-retour à Hakone-en. Nous nous y sommes rendues à pied à partir de Moto-Hakone. C'est pas très long, mais pour pas se perdre, on a longé la route, sans trottoir et avec virage. Mais bon, nous n'avons croisé que 2-3 voitures qui roulaient doucement et avons survécu.






En montant vers le sommet, nous surplombons la forêt. Et nous avons effectivement une superbe vue sur le lac Ashi.


J'ai essayé de faire un panorama, on voit les raccord, mais ça donne quand même un bonne idée de ce qui attend à la station. S'il y a un petit voile, des rayons de soleil réussissent à percer les nuages.





Tout en haut, il y a le sanctuaire Motomiya. On en a fait le tour pour arriver  à un étrange assemblement de pierres.





C'est là qu'est arrivé ce dialogue :
Aude : HEY, regarde Fabienne !
Moi : Quoi ?
Aude : Ben là, tu vois pas ?



Moi : Non.
Aude : Mais si, on voit le Mont Fuji !
Moi (scrute puis) : aaaaaaahhhhhh ooooooouuuuuuuaiiiiiis !


          Ca y est nous voyons enfin le Mont Fuji. On avait fait les dépressives jusque là. Mais même si c'était plus le deviner que le voir, ça fait bien plaisir et nous avons passé quelques temps à observer la danse des nuages autour de la montagne.




          Nous avons pris l'un des derniers funiculaires qui est à 16h30. Et pour finir sur une impression encore meilleure, juste avant de redescendre, la vue s'est ouverte au-delà du lac. Nous avons découvert la péninsule d'Izu et l'océan Pacifique !

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Objectif JAPON
  • : Ma liberté, mon rêve : découvrir le monde, à commencer par le Japon. J'ai les billets d'avion et je pourrais en parler non-stop. Alors plutôt que de saouler mon entourage, je vais me défouler ici !
  • Contact

Archives